Le Blog de Maman K.

En quête du meilleur pour l'éveil de nos enfants


2 Comments

Graines d’artistes : 5 bonnes raisons de proposer des activités artistiques à vos enfants

Ce week-end, j’ai visionné le film “Une idée folle” de Judith Grumbach, en diffusion gratuite sur la toile.

(Il est excellent, n’hésitez pas une seconde, c’est un film résolument optimiste qui démontre que l’enfant est capable du meilleur – peu importe l’outil pédagogique utilisé  – pourvu qu’il soit dans un environnement bienveillant qui respecte ses besoins…) 

Ce film a réactivé à la maison plusieurs réflexions sur la manière d’accompagner les enfants dans leur développement et notamment sur le bienfait des activités artistiques. J’en suis personnellement convaincue et pour preuve, des centaines de photos d’activités artistiques proposées ou à proposer à mes enfants… Mais pourquoi alors les activités artistiques sont-elles aussi bénéfiques ? Je partage ici quelques pistes.

#1. Elles permettent à l’enfant de développer sa motricité fine. Le travail de la main est bien évidemment essentiel dans l’apprentissage de l’écriture mais également dans tous les gestes de notre quotidien. Tenir un crayon, un pinceau, modeler… tous ses apprentissages sont essentiels et contribuent une base fondamentale pour un enfant, qui par exemple pourra rapidement faire travailler ses mains, sa coordination main-oeil et ainsi avoir des gestes plus précis.

 

#2. Elles contribuent au développement de la créativité de l’enfant tout en lui permettant d’explorer ses sens. Elle permettent également un travail ou une réflexion personnelle sur ses émotions. Dessiner peut par exemple apaiser une colère, être le support d’une émotion trop lourde… et permettre à l’enfant de reprendre du pouvoir sur une situation difficile, de prendre des décisions, de sortir du cadre ou des règles conventionnelles… L’art peut même soigner, d’où le nouveau métier d’art-thérapeute qui est en plein essor et qui s’avère très efficace chez les enfants.

 

#3. Elles amènent l’enfant sur le chemin de la concentration, du goût de l’effort, de la persévérance. Beaucoup d’enfants très actifs, qui ont besoin de libérer leur énergie, de courir, vous surprendront au contact d’une activité artistique. Souvent, il suffit de sortir de l’argile, de la peinture, du maquillage ou des instruments de musique pour les voir immédiatement se poser, se concentrer et être absorbés pendant un long moment. Mes garçons ( de 2 ans à 5 ans et demi) peuvent par exemple rester concentrés pour une activité de modelage, pour observer des musiciens jouer, pour découper ou pour créer une oeuvre à partir de différents matériaux… Et bien entendu, l’apprentissage de la musique, de la poterie, du dessin permet à l’enfant de se rendre compte du temps passé et des efforts à fournir pour obtenir un certain résultat et être content de soi. Mon grand est par exemple très fier de lui quand il réalise un nouvel avion en origami et qu’il le voit planer avec succès !

#4. Etre une graine d’artiste ou le devenir, c’est aussi prendre confiance en soi, en ses choix et développer son esprit critique. Mon grand dessine/bricole énormément et produit des dizaines d’oeuvres par semaine. Je les accueille toutes avec beaucoup d’intérêt, sans jugement (même si parfois je les trouve un peu brouillon, je ne le dis surtout pas…D’ailleurs, c’est le processus de création l’important, pas forcément le résultat) et je suis ravie qu’il prenne du plaisir à réaliser toutes ces oeuvres. Je vois son style évoluer, je le vois mélanger des matières, des influences, bref il est dans l’expérimentation constante, il me surprend chaque jour et parfois je me dis que cet oeil neuf, libre de tout jugement et de toute convention, c’est une chance.

#5. Elles enseignent également la collaboration et l’ouverture d’esprit. Les enfants adorent les oeuvres d’art communes, pour lesquelles chacun est responsable d’une partie, ou les esprits créatifs se mélangent au gré de l’envie d’un groupe. L’art devient alors synonyme de partage, de projet. Ainsi une danse, un groupe de musique, une pièce de théâtre ou une comédie musicale pourra rassembler différentes générations/personnalités dans des registres très variés. Pourtant il faudra toujours coopérer et être en harmonie, écouter les autres, faire vivre les individualités au service du groupe…

Et chez vous, quelle est la place de l’art et des activités artistiques ? Avez-vous des supports que vous utilisez et que vous recommanderiez ?

Ici on adore par exemple la revue Olalar, le livre Mon Petit Art, le livre en anglais The Dot, les livres de Hervé Tullet, les cahiers d’activités, de peinture ou de coloriage de Pascale Estellon, et j’ai très envie de lire “Le jeu de peindre” d’Arno Stern !

A vos partages !

Advertisements


1 Comment

L’Activité Montessori du Jour : Création d’un sac d’explorateur

Avant notre départ en vacances, mon grand bonhomme a eu la chance de personnaliser un petit sac d’explorateur.

Tout à commencé en ouvrant la boîte aux lettres. Ce jour-là, il y avait un petit colis à son attention! Il s’est empressé de l’ouvrir et a découvert avec joie un kit créatif complet pour réaliser en autonomie un sac d’explorateur.

Vous connaissez la Toucan Box ? C’est un petit colis malin pour les 3-8 ans qui contient tout le matériel nécessaire à la réalisation d’un projet créatif, avec en sus des jeux, des découvertes, des activités sur une thématique. Tout a été pensé pour que votre enfant apprenne en s’amusant! La box est également éco-responsable et éthique : même l’emballage est utilisé pour une activité bonus 😉

Séduit par l’idée de personnaliser son propre petit sac, il s’est lancé en se laissant guider par les images. Il ne sait pas encore lire mais il a rapidement compris comment il fallait procéder grâce au guide étape par étape en images. Il a réalisé le sac presque tout seul (j’étais seulement présente pour confirmer qu’il avait bien compris, clarifier certains détails et répondre à ses questions).

Il a commencé par choisir les papiers de soie et créer son patchwork. Puis il a mouillé les papiers à l’aide d’un pinceau et de l’eau.

Il a ensuite transféré son motif sur le sac en tissus. Il a laissé séché au soleil 15 minutes (et il a patienté en faisant les activités du livret (voir photos en fin d’articles).

Puis il  a utilisé les pochoirs pour décorer le sac avec les motifs “nature” et les feutres textile.

Et voilà, le sac était prêt à partir à l’aventure! Il l’a d’ailleurs emporté partout lors de nos vacances à la montagne! Quelle satisfaction de se balader avec un sac “fait main”!

Je le disais plus tôt, la box contient également un livret de jeux sur le thème de la nature et même un mini jeu de société ! De quoi faire patienter mon bonhomme tout en lui apprenant des détails sur la nature comme l’âge des arbres !

En quelques mots, il a adoré!

Et je dois avouer que moi aussi. J’ai trouvé l’activité de ce kit originale, pensée pour encourager un maximum d’autonomie, idéale pour apprendre en s’amusant. La thématique nature était simplement parfaite pour nous. Je suis conquise… !

Vous pensez que c’est parce que la box a été créée par une éducatrice Montessori ??? Mais oui!!!!

Ah oui et j’oubliais pour vous et uniquement pour vous, voici un code promo pour obtenir votre première box gratuitement (hors frais de port soit 1,49€) : mathilde 

Rendez-vous sur le site de Toucan Box: https://www.toucanbox.com/fr

Belle découverte !


1 Comment

L’activité Montessori du Jour : peinture au vinaigre coloré 

A mi-chemin entre une expérience scientifique et une activité créative, je vous propose aujourd’hui de découvrir la peinture avec du vinaigre coloré. 

C’est une activité simple, facile à mettre en place et qui éveille tous les sens de nos enfants !


Il vous suffit de préparer sur un plateau : votre toile (un plat ou plateau avec du bicarbonate de soude), des petits pots en verre avec du vinaigre blanc et du colorant alimentaire (1 couleur par pot) et une pipette.

Il ne vous reste plus qu’à observer votre enfant. 


Dès que le vinaigre entre en contact avec le bicarbonate, vous allez entendre des petits cris de surprise ! Et oui, l’effet pétillant / moussant est très impressionnant et captive tous les enfants !!! Et il y a le plaisir de peindre, laisser une trace, mélanger les couleurs, entendre le petit “pschitt”, observer la mousse se former et altérer la couleur initiale du vinaigre et puis surtout exercer sa motricité fine avec la pipette, qu’il faut manipuler avec précision … 

Mon grand bonhomme a tout simplement adoré cette expérience sensorielle. Cela lui a fait penser à des mini éruptions volcaniques et cela l’a occupé pendant longtemps ! Il a même voulu recommencer une deuxième fois avec 3 autres couleurs !


Peut-être avez-vous déjà tous les ingrédients dans vos placards? Alors n’hésitez plus, cette expérience est sans danger et amusera petits et grands! 

NB. Nous avons réalisé cette activité en extérieur pour ne pas être dérangé par les odeurs ou éventuelles vapeurs ! 


3 Comments

L’importance du jeu libre

Les temps de “jeu libre” prennent de plus en plus d’importance à la maison. Il suffit de trois fois rien, de quelques feuilles trouvées dans le jardin, quelques olives tombées au sol, quelques branches de bois, pour que je sois le témoin émerveillé d’une session de jeu spontanée. Seul, en duo, ou en trio, il n’y a pas de règles. Vive la spontanéité et l’imagination!

On dit que cette période, qui est fondamentale pour le développement de l’enfant, commence vers l’âge de deux ans, avec le langage qui s’installe. Et c’est vrai qu’à tout juste deux ans, Evan et Julian partagent de plus en plus de moments de jeu. Je les vois s’appeler, communiquer, partager, rire, se courir après, coopérer… bref, jouer ensemble et faire preuve d’une complicité toujours grandissante. C’est assez extra-ordinaire ces petites scènes de notre quotidien.

 

Vers 4 ou 5 ans, les enfants commencent à s’inventer des histoires, se mettre en scène dans des histoires qui mêlent la réalité à la fiction. Ainsi ils développent leur imagination, sans se confronter à la réalité. Dans le jeu libre, tout est possible! Ils développent leur faculté symbolique. Une brindille sera une baguette magique, un seau sera un chaudron, etc.

Pour stimuler le jeu libre, et comme dans la pédagogie Montessori, il est important de soigner l’environnement dans lequel évolue l’enfant. Cet environnement doit être sécurisé pour lui permettre d’évoluer librement, sans intervention et sous le regard bienveillant de l’adulte. Par exemple, l’adulte ne doit pas suggérer de thème…

L’environnement doit également être riche, c’est à dire composé d’éléments choisis  avec soin et qui favorisent la créativité de l’enfant. Les jeux ou matériaux ainsi mis à disposition pourront être utilisés de façon différente, laissant l’enfant libre d’explorer, d’inventer, de mettre en scène, etc. Les matériaux naturels sont bien entendu parfaits pour cet usage…

Sur les photos ci-après par exemple, Evan et Julian jouent avec le joli camion de pompier Brio qu’ils ont reçu pour leur anniversaire. Ce véhicule est parfaitement adapté au jeu libre : les enfants l’aiment beaucoup et l’appréhendent différemment selon les jours et leurs envies. Ils jouent à positionner les figurines de bois à l’avant et à l’arrière du camion, à construire son échelle (composée de 2 parties) et la replacer au bon endroit, à dérouler puis enrouler la lance à incendie (il faut tourner un bouton dans un sens ou dans l’autre pour enrouler ou dérouler une cordelette), à appuyer sur le gyrophare et écouter le son de la sirène, à faire grimper les personnages à l’échelle, ou à le faire rouler, tout simplement. C’est un jeu simple, esthétique et qui permet une manipulation variée, en fonction de l’enfant, de ses envies, de ses compétences et de son âge. C’est ce type de jeu qu’il faut adopter pour encourager les jeux libres.

En plus d’être facile à mettre en place, le jeu libre est surtout très bénéfique pour l’enfant : il favorise sa confiance en lui (car tout est possible pour l’enfant qui joue), stimule son autonomie (c’est lui qui choisit, il va prendre des décisions, s’adapter…), développe sa créativité, et lui permet d’acquérir de nouvelles compétences (notamment grâce aux ainés ou autres enfants qui sont amenés à jouer près de lui / avec lui).

Pour que votre enfant puisse jouer librement, il est donc indispensable de lui laisser du temps et de l’espace. Pas de contrainte horaire, pas de règles, pas d’intervention, pas de danger dans son espace… que du jeu. Tout simplement.

C’est une grande chance pour un enfant de pouvoir transformer le salon, le jardin ou un autre espace en terrain de jeu…et de ne pas avoir un emploi du temps surchargé. Dans les écoles Steiner, le jeu libre a une place fondamentale (1h de jeu libre par jour environ).

Et c’est encore plus facile à mettre en place pendant les vacances, avec les emplois du temps plus légers, alors, pensez-y!

 

 

 

 


Leave a comment

L’Activité Montessori du Jour : Découverte de la revue nature Petite Salamandre

Aujourd’hui, je tenais à partager avec vous notre dernière découverte : la revue nature Petite Salamandre.  Ludique, esthétique et intelligente, Petite Salamandre, c’est la revue qui plait aux enfant comme aux parents 😉

Elle est si bien pensée qu’elle devient très naturellement un support d’apprentissage et suscite le plaisir et l’intérêt. Un vrai coup de coeur!

img_0928

Mon grand bonhomme a adoré. Il a ainsi pu en apprendre davantage sur différents animaux (renard, mésange) grâce à la section  jeux (labyrinthe, graphisme, jeu des différences, coloriage magique, cherche et trouve, etc.) et enrichir son vocabulaire et sa connaissance de la faune, avec notamment des pages de nomenclature (dans ce numéro sur les mésanges).

dsc_0355

Il a également pu fabriquer une histoire et illustrer un poster géant grâce aux autocollants.

dsc_0345

Et d’autres activités qu’il pu réaliser en autonomie : le DIY du mois (à l’aide de feuilles) et la recette illustrée du moelleux carottes-noisettes.

img_1379

J’ai personnellement adoré la diversité de cette revue avec une mention particulière pour la section “petits plaisirs” qui propose à l’enfant de découvrir et d’apprécier la nature avec ses sens !

“Petite Salamandre” nous a permis de passer des moments agréables et d’en apprendre davantage sur divers animaux dont la mésange charbonnière. Bref, j’ai craqué et nous nous sommes abonnés ! D’ailleurs, si cette revue vous tente, vous pourrez, pour tout abonnement, recevoir un numéro supplémentaire grâce au code promotionnel BLOG17.

Belle découverte !
http://www.petitesalamandre.net


4 Comments

#7 astuces qui ont simplifié mon quotidien de maman de jumeaux +1

Depuis quelques temps, cela me trotte dans la tête…. alors je me lance !

J’aimerais partager avec vous quelques astuces qui m’aident (et m’ont parfois sauvé des minutes oh combien précieuses…) dans la gestion de mon quotidien de maman de 3 enfants (l’ainé a 5 ans et les jumeaux 20 mois). Car le temps est mon plus grand luxe… et le temps pour soi, pour des “minutes plaisir” cela n’a pas de prix quand on est maman, n’est-ce pas ?

Alors je vous livre mes petits secrets de maman de trois enfants (sans ordre particulier et en vrac)… car j’aurais bien aimé les connaître dès la naissance de mon premier bébé.

img_0812

 

#1 : étendre la totalité de mon linge sur des cintres : ici le linge, c’est du gros volume… chaque jour c’est minimum 3 tenues (je dis minimum car il y a toujours des changes dans la journée…) + 2 voire 3 pyjamas…  je vous laisse faire le compte en une semaine… Ici, un jour j’en ai juste eu assez de faire et défaire des milliers de boutons pression… je me devais d’être plus efficace, donc j’ai investi dans des cintres et depuis je revis : les vêtements étendus sur cintre sèchent mieux, avec moins de plis, et se rangent facilement dans la penderie de chacun et cela sans être pliés…. un gain de temps incroyable!

#2 : faire des to do list  : c’est banal, je dois l’avouer. Mais je ne vous parle pas d’une to do list avec 30 urgences à gérer, non, non, non…ce serait bien trop compliqué!!! Non, je vous parle de mini-listes (ici j’écris une tâche par post-it) que l’on met bien en évidence, et que l’on note au fur et à mesure, dès que l’on y pense et quand on y pense. Parce que voilà, quand on a enfin un peu de temps pour se poser, on a tellement de choses à faire qu’on finit par ne plus savoir quoi faire, qu’on ne sait pas par où commencer et que l’on devient inefficace….! Donc, on s’organise et dès que nos enfants dorment enfin, ne serait ce que 10 minutes en même temps, on optimise son temps et on sait exactement quoi faire, sans avoir à réfléchir !!! Et en général ce gain de temps nous permet ensuite de faire une pause plaisir pour soi… Essayez, vous verrez !!!

#3 : des “healthy snacks” à portée de main : cuisinez avec 3 enfants qui pleurent ou qui vous réclament, personnellement je trouve cela ingérable !!! En revanche, des enfants qui sont occupés à manger, sont calmes et patientent tranquillement. Et si les enfants sont heureux, maman est sereine et peut cuisiner. Ici, c’est testé et approuvé : les noix et amandes, raisins secs, betteraves, les gressins et les tartinades maison/fromage à tartiner, des petits bouts de fromage à piquer, les carottes à croquer/mâchouiller, les fruits découpés, bref, pensez-y quand vous ferez votre liste de courses. Parfois, quelques rondelles de banane peuvent vous sauver la mise.

On vous conseillera bien sûr de cuisiner en avance, d’anticiper, etc. Bref, et bien moi je dis, oui, dans une vie parfaite on peut passer ses week-ends à cuisiner, congeler, parfois on est organisé et parfois ce n’est juste pas possible … quand on ne dort pas, que bébé 1 fait ses dents et bébé 2 a mal au ventre et le grand fait des cauchemars et bien, on anticipe rien du tout, on arrive à garder ses yeux ouverts, c’est déjà un exploit !!! Donc, merci les snacks…

Ah oui, et quand on a vraiment le temps, on peut mettre ses enfants à contribution !!

img_8371

#4 : des gommettes : pourquoi? Les gommettes m’ont sauvé de milliers de situations avec le grand (salle d’attente de médecins, etc.) mais savez-vous qu’elles fonctionnent aussi très bien chez les bébés ???  Qui n’a pas vécu le moment difficile pendant lequel le bébé refuse de rester allongé pendant le change et se relève les fesses encore sales…? Avec deux bébés, je me suis dis : il faut que je trouve quelque chose, il doit bien y avoir des solutions pour que mes bébés coopèrent… Et bien pour qu’ils coopèrent il faut les occuper, et pour les occuper je leur colle deux ou trois gommettes sur les doigts, sur les joues, sur le nez ! Et voilà un bébé fasciné (et donc immobile) qui décolle, recolle, montre les gommettes à maman… Bref, les gommettes m’ont aidé à passer le cap du bébé “ver de terre” avec rire et sans aucun stress…. Donc si vous avez un bébé ou connaissez une maman avec un bébé, achetez lui un paquet de gommettes !!!!

Le seul risque c’est que les gommettes soient mises à la bouche, donc on les choisit plus ou moins grosses selon l’âge de l’enfant et son réflexe plus ou moins prononcé pour la mise en bouche pendant la phase orale. Puis dès que possible on le change debout!

#5 : simplifier. Simplifier au sens large :

  • simplifier son espace : un espace moins encombré est un espace plus facile à ranger et à entretenir. Stocker ce dont vous n’avez pas besoin dans les prochains mois dans des cartons et descendez les à la cave.
  • simplifier son matériel de puériculture : pratique, lessivable, facile… Ici, par exemple, nous n’avons pas de housse de chaise haute, une simple chaise haute lessivable, un coup d’éponge et c’est nettoyé. Nous n’utilisons pas de bavoir non plus, les vêtements sont parfois (souvent) tachés, mais finalement les enfants apprennent vite à manger proprement en toute autonomie, et ce très tôt.
  • simplifier ses déplacements : inutile de tout transporter, les enfants s’adaptent beaucoup mieux que ce qu’on le pense. Ici, avec l’ainé, on emportait toujours un plein sac de matériel bébé et avec les jumeaux, on emmène le strict minimum : un petit sac souple avec quelques couches, les biberons, des gourdes de compotes et du lait. On se dit que s’il y a urgence, on pourra toujours gérer sur place…
  • simplifier son emploi du temps : se libérer d’un maximum de contraintes et de rendez-vous quand cela est possible, car la pression du temps (“être à l’heure”) est souvent un catalyseur de stress intense.
  • simplifier la garde robe des enfants : du basique, du seconde main et des choix limités et de saison (1 manteau, 1 bonnet, quelques pantalons, Tshirts, pulls) pour permettre à l’enfant de choisir ses vêtements et de s’habiller seul. Ici, pour le grand, on ne garde dans les placards que ce qui est de saison et on privilégie les basiques : ainsi fini les combinaisons de couleurs genre clown ou les shorts en plein hiver…
  • simplifier les jeux et livres à disposition des enfants.
    Avec toujours en tête, la devise “moins mais mieux”.

img_8554

#6: la sieste c’est en plein air! La promenade en poussette après le déjeuner c’est devenu notre petit rituel quotidien, et ce par (presque) tous les temps! Les petits s’endorment dans la poussette, dorment mieux et plus longtemps (c’est vrai cette étude suédoise!), et le grand se défoule! Ce n’est que du bonheur ! Bref, plus on passe du temps dehors, le mieux c’est, pour les enfants comme pour les adultes!

#7 : encourager l’autonomie des enfants : avec un bébé, c’est bien, mais avec des jumeaux, on a plus le choix! Difficile de donner à manger à ses bébés en même temps… donc on leur apprend au plus vite à tenir leur cuillère et à manger seul! Au début, il faut un peu de nettoyage, de patience et de lâcher-prise mais, les enfants savent manger seuls très rapidement! Donc on les encourage et on leur fait confiance ainsi dans tous les domaines! Ici, les bébés (20 mois) ont très vite mangé seuls, ils mettent les couches à la poubelle, aident avec le lave-linge, le lave-vaisselle, la machine à café, le presse agrumes, rangent leur chaussons, enlevent leur pyjama dégrafé, se coiffe, brosse les dents, etc.

Chaque minute ainsi gagnée pourra être consacrée à des petits plaisirs personnels, des petits rituels qui vous permettront d’apprécier la journée sous un oeil neuf : un thé, un automassage, un peu de méditation, un peu de lecture, un coup de fil à une amie, bref un petit moment pour vous! Car une maman qui prend soin d’elle est une maman épanouie, bienveillante et plus attentive aux besoins de ses enfants!

Et vous, quelles sont vos astuces ? Partagez-les avec moi, cela m’aidera sûrement !


12 Comments

J’ai craqué…ou comment réparer et poursuivre le chemin de la bienveillance

Je lis bien souvent des articles sur le thème de la bienveillance et de la parentalité positive, comment éviter les crises, comment gérer sa colère, comment gérer le comportement de nos enfants, … mais jamais, oh non jamais d’articles qui traitent de ces moments que l’on connait toutes et tous : les “craquages” ou “pétages de plombs”.
Parce que oui, même si nous avons les meilleures intentions du monde envers nos enfants, et que nous sommes bienveillants à 99% du temps, il faut bien l’avouer, il nous arrive à nous aussi de craquer et de blesser nos enfants.

Cet article a donc pour objectif, en toute humilité, de donner des outils aux parents qui ont la volonté de mettre en pratique un accompagnement bienveillant et qui malgré leurs efforts… craquent et craqueront certainement encore…

En fait, que ce soit bien clair, au vue de notre histoire personnelle et de l’éducation telle qu’elle a été appliquée jusqu’à ce jour, et à moins d’avoir été élevé par une famille parfaite – genre Isabelle Filliozat en maman et Olivier Maurel en papa, et encore, il n’y a pas de parents parfaits…, il est impossible de ne pas blesser un enfant lorsqu’on l’accompagne au quotidien….

Ce qui est possible, en revanche, c’est de ne pas inscrire ces blessures définitivement dans le corps d’un enfant – blessures qui, rappelons le, peuvent jusqu’à modifier la nature de sa propre personnalité -, et de faire en sorte que ces épisodes (que vous regrettez certainement déjà) ne s’installent pas dans sa mémoire, comme un traumatisme (au plus profond de son amygdale cérébrale), qui pourrait rejaillir ensuite, telle une bombe à retardement, sur la première personne qui passe (frère, soeur, camarade) ou dans une crise démesurée, ou encore dans des crises d’angoisses inexpliquées.
Non seulement ça ne permet pas à l’enfant de se libérer de la blessure que vous avez occasionnée chez lui mais en plus il est “étiqueté” et probablement sanctionné pour sa “mauvaise conduite”, ce qui entretient le cercle vicieux de la violence.

C’est ce qu’explique Brigitte Oriol au cours de ses ateliers. Pour moi, cela a été une révélation et pour chaque parent bienveillant, c’est à mon sens une révolution!!!!

Alors, voilà, oui, vous avez craqué, vous avez “pété les cables” comme on dit…. La phrase de trop a été dite, votre colère a explosé. Et vous ne vous sentez pas bien du tout car ce n’est pas ce que vous souhaitiez pour votre enfant, ni pour votre relation avec lui…

Vous le savez bien au fond de vous, vous avez reproduit le schéma familial, c’est encore un mauvais tour des blessures de notre passé qui sont restées dans notre cerveau en attente d’être traitées. Tous les efforts que vous avez fait pour être un parent bienveillant sont réduits à néant, tout est à refaire…. Bonjour culpabilité!
Et bien non, non, non, pas du tout. C’est le contraire, il s’agit d’un simple incident de parcours, alors on se reprend, on agit et on fait en sorte de limiter les dégâts émotionnels….

Comment ? Petit kit d’urgence pour parent bienveillant.

1. Stop au robinet de cortisol.
Le cortisol, qui est une hormone ‘saine’ de défense et de survie de l’espèce humaine, est néfaste lorsqu’elle est sécrétée en trop grande quantité et trop longtemps. Un enfant en stress sécrète du cortisol et ne peut pas s’arrêter tout seul. Seul un adulte peut l’aider. Donc on ferme le robinet, dès que possible.
Pour cela, c’est très simple : le ton de la voix – quand il est bienveillant, enveloppant, maternel, emphatique – entraîne immédiatement une chute de cortisol. Le regard aussi peut permettre de fermer le robinet, le contact physique (caresses, gratte gratte, massage)…

2. Reconnaître les dégâts émotionnels de votre enfant. 
Vous lui avez fait du mal, dites-le, s’excusez ne suffit pas. Il faut reconnaître ses émotions, celles que vous avez déclenchées.
On peut dire par exemple, avec un un regard plein d’amour et un ton de voix tout doux : “mon coeur, j’ai du tellement te faire peur tout à l’heure quand j’ai crié et que je t’ai dit ….”

3. L’enfant décharge les tensions occasionnées par la peur.
Si l’étape 2 a bien fonctionné, votre enfant devrait décharger ses émotions, se décabosser comme une voiture chez le carrossier, en vous répondant par exemple, avec des sanglots : “Oh oui, maman, tu m’as fait peur, tu es méchante…” Il peut aussi taper, lancer des objets, essayer de mordre… C’est son cerveau reptilien qui entre en jeu.
Si c’est le cas, bravo. Et si vous n’aimez pas qu’il utilise un certain vocabulaire (“t’es méchante”), et bien là faites une exception, ce n’est pas le moment de le reprendre, de lui faire la leçon et de lui dire “on ne dit pas cela à maman…” Acceptez ses émotions, accueillez-le à bras ouverts. 

Dans toutes les circonstances, vous restez le parent qui accompagne un enfant doté d’un cerveau immature, en voie de maturation.

4. Rétablissez toujours le lien.
C’est toujours l’adulte, qui est doté d’un cerveau mature (cortex opérationnel), qui doit rétablir le lien et montrer à l’enfant qu’il est aimé, que la colère est passée, que le lien d’amour n’est pas rompu.
Laisser un enfant dans une situation trouble ou le laisser venir ramper pour vous demander pardon est une situation d’un stress immense pour lui, néfaste pour son cerveau, qui ne fera que flatter votre égo mais qui ne lui apportera rien de positif et de concret. Donc prenez-le dans vos bras, excusez-vous, faites-lui un câlin afin de lui faire sécréter de l’ocytocine, l’hormone du bonheur.
Plus un enfant sécrète de l’ocytocine, plus il est heureux.

5. Expliquez-lui qu’il n’est pas normal de taper, de crier ou de faire peur à un enfant.
L’accompagnement bienveillant est semé d’embuches, il faut expliquer à votre enfant que vous allez faire en sorte de ne plus lui faire peur et que si ça vous arrive à nouveau, qu’il n’hésite pas à vous dire “Arrête, j’ai peur”et dites lui que tout le monde fait des erreurs, que l’on ne comprend pas toujours les besoins des enfants avec nos cerveaux d’adulte…. etc.

6. Protégez votre enfant de vous.
Le meilleur moyen d’éviter vos débordements émotionnels, c’est d’expliquer à votre enfant qu’il peut se protéger contre eux quand cela arrive. Qu’il a le droit de vous arrêter. Et lorsqu’il le fait, accepter son message et stopper, sans le renvoyer sur les roses. Pas facile au début, mais très efficace.
“Arrête Maman, j’ai peur” ou “Maman, tu peux me parler sans crier” ou “maman, arrête, tu me fais mal quand tu dis cela…” “papa, tu n’as pas le droit de…”
C’est simple et efficace et cela a le mérite de vous arrêtez avant qu’il n’y ait trop de dégâts… C’est en entendant la peur dans la voix de l’enfant que l’on peut désamorcer notre déchainement. Les enfants apprennent très vite à se défendre et c’est un excellent outil pour qu’ils apprennent à se protéger de vous ou des abus des adultes en général.

miller-91-w-28-oil

Enfin, il n’est jamais trop tard, il est toujours possible de “réparer” une situation qui est restée nouée, même si elle est plus ancienne, en procédant de la même façon.
Il vous suffit simplement de faire le lien avec une situation présente : “Quand je te vois taper comme cela, cela me rappelle quand tu avais tapé ton frère il y a quelques jours/mois… tu te rappelles comme je me suis énervée, je ne comprenais pas pourquoi tu pouvais agir ainsi, et j’ai réagi en criant et en t’isolant dans ta chambre. Je n’ai pas su faire autrement à cet instant là. C’est cruel de faire cela a un enfant. J’ai du te faire tellement peur…” et on revient à l’étape 2. Tout simplement.

Bon c’est pas si compliqué finalement. On adopte un accompagnement bienveillant mais si on craque, exit la culpabilité car elle nous empêche de nous responsabiliser pour réparer ensuite. Donc, on reste dans une démarche bienveillante.

Il arrive que nous n’arrivions pas toujours à garder notre sang froid et que nos émotions ou l’histoire de notre passé prennent les commandes pour nous faire agir exactement contre ce que nous luttons, la violence…
Ne vous découragez pas, gardez cette conscience et ce discernement sur l’impact de vos actes, c’est la clé de la libération de ces conduites agressives et l’équilibre affectif au sein de votre famille – d’ailleurs une loi protège désormais nos petits trésors des violences physiques – enfin!!!). Alors quand on a craqué, on a surtout le devoir de réparer.

Oui, on est d’accord, c’est tellement difficile d’être parents.

 

***

Pour en savoir plus sur Brigitte Oriol et ses ateliers : 

http://www.alice-miller.com

Page Facebook de Brigitte Oriol

Livres clés d’Alice Miller : Ta vie sauvée enfin – Notre corps ne ment jamais – Le drame de l’enfant doué


Leave a comment

Concours de Noël : gagnez un transat Wesco Family

En cette période festive, j’avais envie de faire plaisir à mes fidèles lecteurs !!!

Aussi quand j’ai été contactée par Wesco Family pour organiser un concours sur le blog via les réseaux sociaux, j’ai tout de suite accepté !

Parmi la gamme Wesco Family (voir offres sur Wesco), j’ai choisi de vous faire gagner un article que j’affectionne particulièrement et dont on ne peut plus se passer dans la famille : un transat (en photo ci-dessous, d’une valeur 50 Euros)!

Voilà pourquoi nous l’aimons tant…

Mon grand bonhomme aime s’y reposer après sa séance de sport, y prendre son goûter, y lire ou y rêver….

img_6256

Mes petits bonhommes aiment l’escalader (il ne bascule pas, ce qui est rassurant pour nous les mamans, il est robuste, esthétique et se nettoie d’un coup d’éponge) et jouer à cache cache à travers les fentes de son dossier (petite poignée qui permet de le transporter facilement)!

fullsizerender-3

fullsizerender-6

Personnellement, je l’aime beaucoup car il est fabriqué en France, à partir de plastique 100% recyclable! Et puis, je vous avoue que j’adore également m’y installer pour jouer avec les enfants et être à leur hauteur tout en étant confortable, dedans comme dehors 😉

Alors, tenté(e)s?

Comment gagner ??

Pour jouer, il vous suffit d’aimer la page Facebook “Le Blog de Maman K”, d’ajouter un commentaire et de partager cet article en invitant 3 amis à participer – sans oublier de lister les hashtags suivants #concoursblogdemamank #blogdemamank #wescofamily

Le gagnant ou la gagnante sera annoncée le soir du 25 décembre. Il ou elle recevra son lot directement de la part de Wesco Family.

Bonne chance, Joyeuses Fêtes et merci encore d’être de plus en plus nombreux à suivre nos aventures !!!

Maman K.

Suivez-nous également au quotidien sur Instagram

 

Note du 25/12 : gagnante annoncée sur FB!


4 Comments

Panorama #2 : quelques activités de vie pratique à 3/4 ans

A l’occasion de ce deuxième panorama, je vous propose un petit tour d’horizon de quelques activités de vie pratique que mon grand bonhomme adore!

De la cuisine au potager,  il est toujours enthousiaste et contribue activement et de façon très concrète à notre quotidien, à la maison comme pendant les vacances. Il adore aussi tester les ustensiles d’autrefois ou ceux qui lui permettent une grande autonomie. Le résultat en images :

– écraser du gros sel au pilon pour obtenir du sel fin

img_3126

– moudre des grains de café

IMG_0106

– râper du savon de marseille et le peser pour fabriquer de la lessive maison

img_4405

img_5498

– préparer le goûter – coupes glacées, pause thé, etc.

img_4191

IMG_6863

– préparer une tarte en toute autonomie

img_5497

– casser des noix

IMG_3665

img_5453

– émincer de l’ail (à l’aide du presse ail) et de l’oignon (à l’aide d’un hachoir manuel) pour notre plat de lasagnes, éplucher des légumes, couper du fromage…

img_4542

– bricoler : réparer une pince à linge, dénuder des fils, poncer, peindre, emboîter des tuyaux…

img_4418

img_4273

img_4571

– jardiner : semer, arroser, récolter…

img_4377

img_0356

img_0525

img_2516

img_9386

– laver le linge à la main ou ses affaires personnelles. Il adore aussi balayer, passer l’aspirateur, passer la serpillère, faire les vitres (miroirs), lancer le lave-vaisselle et le lave-linge, étendre le linge, etc.

img_2302

– fabriquer de la pâte à sel pour nos activités artistiques

img_4925

 

C’est un vrai plaisir de le voir à l’ouvrage, il y met beaucoup de coeur et de soin. Il aime vraiment tout faire !!!

Et finalement, en pédagogie Montessori, on se rend rapidement compte qu’avec un minimum d’organisation et d’ustensiles/outils et un environnement adapté et stimulant, l’enfant peut apprendre beaucoup de gestes précieux pour le développement de son autonomie et de sa confiance.

Et chez vous, ça se passe comment ?

 

 

 

 


4 Comments

Découverte des livrets “Les petits Montessori”

En cette période de rentrée, je tenais à partager une petite astuce pour les mamans qui souhaitent ajouter un peu de Montessori à leur quotidien : une collection de petits livrets pour accompagner son enfant (à partir de 3/4 ans) dans ses apprentissages du langage. Chaque livret aborde une thématique autour du langage, selon la pédagogie de Maria Montessori (écriture de lettres, sons, association sons et lettres, lecture de mots) et propose à l’enfant des petites activités simples et ludiques, à faire seul (sous le regard bienveillant de l’adulte) ou avec un adulte.

img_3381

Mon grand bonhomme de 4 ans et demi a testé et a adoré.

img_4147
Dans le livret “j’écoute les sons” par exemple (le premier de la collection), l’enfant doit entourer les mots qui commence par le son ‘mmm’, ou barrer l’intrus (le mot qui ne commence pas par le son ‘mmmm’, dessiner un animal qui commence par le son ‘mmm’, ou encore désigner des objets qui commencent (ou se terminent) par le son ‘tttt’. On y découvre également des activités à faire sur un tapis, des mises en paires, des conseils pour mettre en place les activités avec son enfant, etc.

Verdict, tout a plu à mon grand, notamment le fait de devoir dessiner des animaux, il était enchanté et a dessiné plusieurs animaux pour chaque son. Il a  également souhaité faire plusieurs pages (donc explorer plusieurs sons) en une seule fois, ce qui prouve qu’il a adhéré et que le support est bien pensé ! Bravo à la librairie des écoles pour cette collection stimulante.


img_4159

Ce qui est sûr c’est qu’il a déjà hâte de commencer les livrets suivants et, quand il sera prêt, d’apprendre à lire et écrire !

Et vous, est ce que vous connaissez?