Le Blog de Maman K.

En quête du meilleur pour l'éveil de nos enfants

J’ai craqué…ou comment réparer et poursuivre le chemin de la bienveillance

12 Comments

Je lis bien souvent des articles sur le thème de la bienveillance et de la parentalité positive, comment éviter les crises, comment gérer sa colère, comment gérer le comportement de nos enfants, … mais jamais, oh non jamais d’articles qui traitent de ces moments que l’on connait toutes et tous : les “craquages” ou “pétages de plombs”.
Parce que oui, même si nous avons les meilleures intentions du monde envers nos enfants, et que nous sommes bienveillants à 99% du temps, il faut bien l’avouer, il nous arrive à nous aussi de craquer et de blesser nos enfants.

Cet article a donc pour objectif, en toute humilité, de donner des outils aux parents qui ont la volonté de mettre en pratique un accompagnement bienveillant et qui malgré leurs efforts… craquent et craqueront certainement encore…

En fait, que ce soit bien clair, au vue de notre histoire personnelle et de l’éducation telle qu’elle a été appliquée jusqu’à ce jour, et à moins d’avoir été élevé par une famille parfaite – genre Isabelle Filliozat en maman et Olivier Maurel en papa, et encore, il n’y a pas de parents parfaits…, il est impossible de ne pas blesser un enfant lorsqu’on l’accompagne au quotidien….

Ce qui est possible, en revanche, c’est de ne pas inscrire ces blessures définitivement dans le corps d’un enfant – blessures qui, rappelons le, peuvent jusqu’à modifier la nature de sa propre personnalité -, et de faire en sorte que ces épisodes (que vous regrettez certainement déjà) ne s’installent pas dans sa mémoire, comme un traumatisme (au plus profond de son amygdale cérébrale), qui pourrait rejaillir ensuite, telle une bombe à retardement, sur la première personne qui passe (frère, soeur, camarade) ou dans une crise démesurée, ou encore dans des crises d’angoisses inexpliquées.
Non seulement ça ne permet pas à l’enfant de se libérer de la blessure que vous avez occasionnée chez lui mais en plus il est “étiqueté” et probablement sanctionné pour sa “mauvaise conduite”, ce qui entretient le cercle vicieux de la violence.

C’est ce qu’explique Brigitte Oriol au cours de ses ateliers. Pour moi, cela a été une révélation et pour chaque parent bienveillant, c’est à mon sens une révolution!!!!

Alors, voilà, oui, vous avez craqué, vous avez “pété les cables” comme on dit…. La phrase de trop a été dite, votre colère a explosé. Et vous ne vous sentez pas bien du tout car ce n’est pas ce que vous souhaitiez pour votre enfant, ni pour votre relation avec lui…

Vous le savez bien au fond de vous, vous avez reproduit le schéma familial, c’est encore un mauvais tour des blessures de notre passé qui sont restées dans notre cerveau en attente d’être traitées. Tous les efforts que vous avez fait pour être un parent bienveillant sont réduits à néant, tout est à refaire…. Bonjour culpabilité!
Et bien non, non, non, pas du tout. C’est le contraire, il s’agit d’un simple incident de parcours, alors on se reprend, on agit et on fait en sorte de limiter les dégâts émotionnels….

Comment ? Petit kit d’urgence pour parent bienveillant.

1. Stop au robinet de cortisol.
Le cortisol, qui est une hormone ‘saine’ de défense et de survie de l’espèce humaine, est néfaste lorsqu’elle est sécrétée en trop grande quantité et trop longtemps. Un enfant en stress sécrète du cortisol et ne peut pas s’arrêter tout seul. Seul un adulte peut l’aider. Donc on ferme le robinet, dès que possible.
Pour cela, c’est très simple : le ton de la voix – quand il est bienveillant, enveloppant, maternel, emphatique – entraîne immédiatement une chute de cortisol. Le regard aussi peut permettre de fermer le robinet, le contact physique (caresses, gratte gratte, massage)…

2. Reconnaître les dégâts émotionnels de votre enfant. 
Vous lui avez fait du mal, dites-le, s’excusez ne suffit pas. Il faut reconnaître ses émotions, celles que vous avez déclenchées.
On peut dire par exemple, avec un un regard plein d’amour et un ton de voix tout doux : “mon coeur, j’ai du tellement te faire peur tout à l’heure quand j’ai crié et que je t’ai dit ….”

3. L’enfant décharge les tensions occasionnées par la peur.
Si l’étape 2 a bien fonctionné, votre enfant devrait décharger ses émotions, se décabosser comme une voiture chez le carrossier, en vous répondant par exemple, avec des sanglots : “Oh oui, maman, tu m’as fait peur, tu es méchante…” Il peut aussi taper, lancer des objets, essayer de mordre… C’est son cerveau reptilien qui entre en jeu.
Si c’est le cas, bravo. Et si vous n’aimez pas qu’il utilise un certain vocabulaire (“t’es méchante”), et bien là faites une exception, ce n’est pas le moment de le reprendre, de lui faire la leçon et de lui dire “on ne dit pas cela à maman…” Acceptez ses émotions, accueillez-le à bras ouverts. 

Dans toutes les circonstances, vous restez le parent qui accompagne un enfant doté d’un cerveau immature, en voie de maturation.

4. Rétablissez toujours le lien.
C’est toujours l’adulte, qui est doté d’un cerveau mature (cortex opérationnel), qui doit rétablir le lien et montrer à l’enfant qu’il est aimé, que la colère est passée, que le lien d’amour n’est pas rompu.
Laisser un enfant dans une situation trouble ou le laisser venir ramper pour vous demander pardon est une situation d’un stress immense pour lui, néfaste pour son cerveau, qui ne fera que flatter votre égo mais qui ne lui apportera rien de positif et de concret. Donc prenez-le dans vos bras, excusez-vous, faites-lui un câlin afin de lui faire sécréter de l’ocytocine, l’hormone du bonheur.
Plus un enfant sécrète de l’ocytocine, plus il est heureux.

5. Expliquez-lui qu’il n’est pas normal de taper, de crier ou de faire peur à un enfant.
L’accompagnement bienveillant est semé d’embuches, il faut expliquer à votre enfant que vous allez faire en sorte de ne plus lui faire peur et que si ça vous arrive à nouveau, qu’il n’hésite pas à vous dire “Arrête, j’ai peur”et dites lui que tout le monde fait des erreurs, que l’on ne comprend pas toujours les besoins des enfants avec nos cerveaux d’adulte…. etc.

6. Protégez votre enfant de vous.
Le meilleur moyen d’éviter vos débordements émotionnels, c’est d’expliquer à votre enfant qu’il peut se protéger contre eux quand cela arrive. Qu’il a le droit de vous arrêter. Et lorsqu’il le fait, accepter son message et stopper, sans le renvoyer sur les roses. Pas facile au début, mais très efficace.
“Arrête Maman, j’ai peur” ou “Maman, tu peux me parler sans crier” ou “maman, arrête, tu me fais mal quand tu dis cela…” “papa, tu n’as pas le droit de…”
C’est simple et efficace et cela a le mérite de vous arrêtez avant qu’il n’y ait trop de dégâts… C’est en entendant la peur dans la voix de l’enfant que l’on peut désamorcer notre déchainement. Les enfants apprennent très vite à se défendre et c’est un excellent outil pour qu’ils apprennent à se protéger de vous ou des abus des adultes en général.

miller-91-w-28-oil

Enfin, il n’est jamais trop tard, il est toujours possible de “réparer” une situation qui est restée nouée, même si elle est plus ancienne, en procédant de la même façon.
Il vous suffit simplement de faire le lien avec une situation présente : “Quand je te vois taper comme cela, cela me rappelle quand tu avais tapé ton frère il y a quelques jours/mois… tu te rappelles comme je me suis énervée, je ne comprenais pas pourquoi tu pouvais agir ainsi, et j’ai réagi en criant et en t’isolant dans ta chambre. Je n’ai pas su faire autrement à cet instant là. C’est cruel de faire cela a un enfant. J’ai du te faire tellement peur…” et on revient à l’étape 2. Tout simplement.

Bon c’est pas si compliqué finalement. On adopte un accompagnement bienveillant mais si on craque, exit la culpabilité car elle nous empêche de nous responsabiliser pour réparer ensuite. Donc, on reste dans une démarche bienveillante.

Il arrive que nous n’arrivions pas toujours à garder notre sang froid et que nos émotions ou l’histoire de notre passé prennent les commandes pour nous faire agir exactement contre ce que nous luttons, la violence…
Ne vous découragez pas, gardez cette conscience et ce discernement sur l’impact de vos actes, c’est la clé de la libération de ces conduites agressives et l’équilibre affectif au sein de votre famille – d’ailleurs une loi protège désormais nos petits trésors des violences physiques – enfin!!!). Alors quand on a craqué, on a surtout le devoir de réparer.

Oui, on est d’accord, c’est tellement difficile d’être parents.

 

***

Pour en savoir plus sur Brigitte Oriol et ses ateliers : 

http://www.alice-miller.com

Page Facebook de Brigitte Oriol

Livres clés d’Alice Miller : Ta vie sauvée enfin – Notre corps ne ment jamais – Le drame de l’enfant doué

Advertisements

12 thoughts on “J’ai craqué…ou comment réparer et poursuivre le chemin de la bienveillance

  1. Merci… oh merci… je suis touchée au fond de mon cœur…
    Comme ça fait du bien de lire vos mots ❤

  2. Je ne suis pas d’accord : on n’a pas le droit de craquer. Ce n’est pas un droit. On accepte nos émotions, même celles qui nous plaisent le moins, donc on a le droit d’être en colère, triste etc. mais pas le droit de blesser les enfants à cause de nos émotions et de notre passé. Ce que tu écris “on a le droit de craquer”, ça peut être facilement lu comme “on a le droit de frapper, de crier etc. du moment qu’on reconnait, par la suite, d’avoir mal agi. C’est la porte ouverte à des “craquages” quotidiens.

    • Tu as raison, la VEO n’est pas acceptable et je ne souhaite pas la legitimiser, bien au contraire…

    • Et donc quoi? Vos propos extrême n’aide personne et sont loin d’être elle même bienveillante… Oui c’est inacceptable mais ça existe. Et contrairement à ce que vous dites ça peut arriver à la maman la plus bienveillante du monde…

    • Oui, c’est vrai Aixkiss, je ne l’avais pas remarqué en premier lieu. “On a le droit” peut paraître une légitimation des faits, formulation qui peut être remplacée par “il est compréhensible de craquer” ou “il est humain de craquer”.

  3. Très très bel article que j’ai relu maintes fois, mais comme ça suffit pas je vais l’imprimer et le coller dans mes toilettes et mon bureau,
    Mille mercis

  4. très beau et parlant pour comprendre nos attitudes de parents” d’hier ” ! merci pr ce partage .

  5. Très bel article…c’est évident que ça peut arriver de déraper. Parfois on est fatigué, stressé, pressé etc…L’essentiel est de réparer. Ca m’est arrivé une fois de crier fort et j’ai tellement culpabiliser en voyant le regard de mon fils (c’était un peu comme si j’étais une étrangère devant lui et il a eu peur) que c’était la première et dernière fois. Je ne suis pas toujours toujours dans la douceur ou la compréhension mais en tous cas, jamais dans l’effrayante colère. Il me l’a dit d’ailleurs après, qu’il n’avait pas aimé du tout la façon dont j’avais crié et que je ne devais plus recommencer, ce que je lui ai promis. Merci pour cet article 🙂

  6. Pingback: Protégez votre enfant de vous ! – Prévention des violences sexuelles

  7. Bonjour, j’ai apprécié ton article dans sa partie “indiquer à l’enfant qu’il peut dire au parent qu’il lui fait peur, au moment où cela se passe”. C’est en effet à mon sens très important et je ne crois pas avoir donné à mes enfants cette autorisation un jour. Leur regard quand ils ont peur est parlant et suffi à m’interpeller mais la verbalisation de leur part me semble super importante pour apprendre à se défendre face aux adultes.
    Merci pour l’article, à bientôt.
    Evelyne

    • ps: Isabelle Filliozat n’a pas non plus de “famille parfaite” 😉 , personne ne peut en avoir, et est-ce souhaitable ? Elle explique très bien au début de ses livres les erreurs qu’il lui arrive de commettre.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s