Garder le cap

Selon Maria Montessori, en tant que parents, nous devons veiller à l’épanouissement et au bien-être de nos enfants, et cela en toutes circonstances. Il est essentiel de rester cohérent et fidèle à nos valeurs, aux principes d’éducation que nous avons choisis, toujours.

Pourtant, en pratique, il n’est pas toujours facile de garder le cap, notamment pendant les fêtes de fin d’année, quand nous ne sommes pas à la maison ou que nous avons des visites. La pédagogie Montessori n’est pas connu de tous, surtout en France. Différents systèmes de valeurs, différentes expériences se confrontent et il est difficile pour l’enfant de garder ses repères quand l’adulte n’est pas consistent.

Chaque action du quotidien devient source de confusion pour l’enfant. A la maison, mon petit bonhomme utilise un verre en verre, des couverts en inox (un vrai couteau) et est encouragé au quotidien à faire preuve d’autonomie. Mais, au restaurant, par exemple, ou dans un environnement différent, il se verra attribué un verre incassable, on lui fera les gros yeux s’il prend un couteau pour tenter de couper sa viande, ou pire, on lui prendra sa fourchette en lui disant « attends, tu vas en mettre de partout », ou « tu ne sais pas le faire, je vais t’aider ».

J’essaye, chaque fois que je le peux, d’expliquer à mon entourage mon approche, la pédagogie Montessori, l’autonomie, la confiance… Mais c’est souvent peine perdue. Pour comprendre la pédagogie Montessori, il suffit de faire confiance à l’enfant, de lui expliquer et d’observer. C’est avec le temps, je l’espère, que les personnes pleines de doutes pourront observer les bénéfices de cette approche.

J’explique aussi à mon petit bonhomme les différences qu’il peut y avoir d’une maison à l’autre, je corrige mon entourage quand cela est possible en essayant de ne froisser personne (je ne laisse personne mettre une étiquette à mon petit bonhomme par exemple) et parfois je ne dis rien – mais je le regrette toujours.

Lors de ma formation Montessori, on nous a beaucoup parlé du compromis et de la compromission. Le compromis étant ponctuel et la compromission, un compromis qui s’installe… La formatrice était claire sur le sujet, le compromis est nécessaire. La compromission, elle, ne dépend que de vous car vous avez le pouvoir de changer les choses et de ne pas accepter que celles-ci durent…

En ce début d’année 2014, je me pose bien des questions sur ces points et si je n’ai qu’une seule résolution c’est celle-ci : oser exprimer mon opinion, même lorsque celle-ci est différente ou incomprise… et ainsi faire en sorte que les compromis ne s’installent pas dans le quotidien de mon bonhomme.

Et vous, quelles sont vos résolutions pour la nouvelle année ?

 

0 thoughts on “Garder le cap

Laisser un commentaire